Humoresques

Bibliographie

Recherche bibliographique : Conseils pratiques

La fonction recherche permet de trouver rapidement les noms et titres recherchés. Un rectangle mentionnant "recherche" se trouve  en haut de l'écran à droite sur le bandeau noir. Ce rectangle  est précédé d'une loupe. Il suffit d'y inscrire l'intitulé de votre recherche, de cliquer la touche "entrée" et les résultats s'affichent instantanément. Les trois "A" de tailles différentes qui se trouvent au-dessus du rectangle permettent de modifier la taille des caractères pour une lecture du site à votre convenance.

Et la BD fut !

images/2019_MAGASINBD_300.jpgLe magasin du XIXe siècle, "Et la BD fut !", Société des études romantiques et dix-neuvièmistes, n°6, 2016, 301p. , 25€.

 

mot-clé: Bande dessinée, Histoire en images, XIXe siècle

Les histoires en images, la littérature en estampes qui anticipent la bande dessinée n'en finissent pas de nous intriguer. Ce volume nous convie à une plongée aussi jubilatoire que savante au gré des auteurs, des spécialistes que sont Thierry Groensteen, Philippe Hamon, Antoine Sausverd, Laurent Bihl, Philippe Kaenel, Sandrine Doré. 

Olivier O. Olivier

images/2019_Olivier O_300.jpgOlivier O. Olivier, Peintures, Paris, Les Cahiers dessinés, 2019, 269p., 49€. Textes de Philippe Garnier, Sarah Olivier et Olivier O. Olivier

mot-clé : peinture

 

L'humour et la peinture sont intimement mêlés chez Olivier O. Olivier (1931-2011). Rappelons qu'il fut lauréat du grand prix de l'humour noir-Grandville en 2006. Deux cents oeuvres emmènent le lecteur dans l'univers irraisonnable, et poétique d'un ami de Roland Topor et Fernando Arrabal. Des textes et des photographies évoquent l'artiste au plus près de son quotidien.

 

 

Topor Chefs-d'oeuvre 1

images/2019_TOPOR_chefs doeuvre 1_300.jpgTopor, Chefs-d'oeuvre 1, Paris, Les Cahiers dessinés, 2019, 208p., 29€. Préface de Julie Bouvard.

 

mot-clé : Topor

Après la publication de Topor dessinateur de presse, Topor voyageur du livre (1 et 2) et Le monde selon Topor, Les Cahiers dessinés proposent un ensemble d'oeuvres en noir et blanc placées sous le signe du fantasmatique et de l'inconscient par Julie Bouvard dans sa préface : "Le refoulé se défoule". Cette introduction d'une grande sensibilité apporte un éclairage sur l'artiste dont décidémment on ne fait pas le tour : "Chez Topor, la chair est chimère, et l'individu est son locataire illusoire....". La peur et le rire ont parties liées. Un dessin publié en 1973 dans le New-Yoker -seul dessin reproduit dans la préface et commenté dans l'ouvrage- montre trois blocs de béton, portés à dos d'homme croulant sous leur poids : "Liberté", Fraternité", "Egalité". Un homme à béret et baguettes en potence, prototype du Français moyen est assis sur le bloc "Egalité", une image qui confirme la necessité existencielle pour Topor de dépasser le dessin d'actualité.

 

L'homme qui en savait trop peu

images/2019_THURBER _300.jpgJames Thurber, L'homme qui en savait trop peu, Paris, éd. Wombat, 2019. Préface de Donald Westlake. Aves 15 illustrations de l'auteur, 192p., 18€.

 

mot-clé : Humour anglo-saxon, nouvelles policières, New-Yorker

 

DES CRIMINELS A MOURIR DE RIRE ! Les éditions Wombat poursuivent leur passionnant travail de traduction des grands humoristes américains. Avec James Thurber, l'esprit du New-Yorker fait partie des classiques.

Extrait de l'excellente présentation de l'éditeur  éditions Wombat :

Lire la suite : L'homme qui en savait trop peu

L'image railleuse

Laurent Baridon, Frédérique Desbuissons et Dominic Hardy (sous la dir.), L'image railleuse. La satire visuelle du XVIIIe siècle à nos jours. Actes de colloque en ligne.

Lire la suite : L'image railleuse

Notre-Dame et Victor Hugo

images/Hugo-Panthon-Roubaud-382x500.jpgRegarder, contempler et visiter Notre-Dame de Paris au XIXe siècle (Partie I. A vol d'oiseau

par Agnès Sandras, chargée de collections en histoire de France au département philosophie, histoire, sciences de l'homme. 

 L'actualité nous rappelle -cruellement- combien notre regard est le reflet de notre temps et comment l'histoire a trouvé le génie des lieux de Notre-Dame grâce à Victor Hugo. Agnès Sandras nous propose une passionnate rétrospective de ces transformations dans la conscience collective :

 

 "Au XIXe siècle, la mode des voyages à destination de Paris est facilitée par les chemins de fer et avivée par l’attrait des Expositions universelles (1855, 1867, 1878, 1889 et 1900). Les progrès de l’imprimerie permettent la multiplication de guides de voyages, récits, ou autres ouvrages décrivant les lieux à visiter.  Dans ces livres, la cathédrale Notre-Dame tient une place particulière et de plus en plus importante au fil des décennies.

Lire la suite : Notre-Dame et Victor Hugo

Les Rosières

images/Rosires dumas Lune 24 mars 1867.jpgUne "industrie fort connue" : le couronnement des rosières. 

 par Agnès Sandras, chargée de collections en histoire de France au département philosophie, histoire, sciences de l'homme.

Les rosières (1) - Les rosières (2) - Les rosières (3) - Les rosières (4)

 

 

La cérémonie du couronnement des rosières a connu au XIXe siècle un véritable effet de mode. « Il pleut des rosières » constate Jules Noriac en 18743 ! Si cette fête a des origines religieuses anciennes, elle prend aussi parfois des allures républicaines. Écrivains, humoristes, chansonniers, agacés ou amusés s’en donnent à cœur joie et parodient les écrits édifiants louant les jeunes filles « vertueuses ». Les couronnements de rosières disparaissent pour la plupart au XXe siècle, non sans avoir suscité l’intérêt des cinéastes, documentaristes, ethnologues, etc., qui en ont ainsi fixé le souvenir. 

Lire la suite : Les Rosières

Jacques Prévert, détonations poétiques

images/2019_Prvert-Ceris_300.jpgCarole Aurouet et Marianne Simon-Oikawa (dir.), Jacques Prévert, détonations poétiques. Paris, Classiques Garnier, Les colloques de Cerisy, 357p., 35€.

 

Mot-clé : Jacques Prévert

 

 Prévert, en tête des classements des poètes préférés des Français, reste méconnu. Son œuvre douce ou rêveuse est aussi rebelle et virulente, anticléricale et antimilitariste, crue et corrosive. À l’occasion des quarante ans de la disparition de Prévert, le présent ouvrage réhabilite cette part subversive de son œuvre.

Lire la suite : Jacques Prévert, détonations poétiques

Du jeu dans la langue

images/2019_Brisset_300.jpgFrédérique Brisset, Audrey Coussy, Ronald Jenn, Julie Loison-Charles, Du jeu dans la langue. Traduire le jeu de mots. Villeneuve d'Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2019, 320p., 25€.

Mot-clé : Traduction, Jeu de mots 

Traduire peut être ludique, mais le ludique peut-il être traduit ? Pour le traductologue, l'enjeu suprême est offert par le jeu de mots : jeu sur et avec les mots (anagramme, calembour, contrepèterie, paronomase…), jeu sur le langage (création linguistique à visée humoristique : motvalise, détournement parodique…), voire jeu de mots involontaire dû aux accidents de langue. Cet ouvrage offre un panorama sur le sujet, utile aussi bien au traductologue qu’au comparatiste, au traducteur qu’à l’étudiant, à l’humoriste ou au simple curieux. Car le jeu de mots amuse et engendre équivoque et paradoxe, brouille les frontières et joue de la provocation, pour procurer un plaisir de lecture ou de spectature en se prêtant aux expérimentations langagières. Face à ces contraintes fortes, les traducteurs se piquent au jeu en toutes langues et offrent solutions, recours, stratagèmes, analysés ici dans de nombreux champs d’application : littérature, théâtre, cinéma, séries audiovisuelles, presse...

Lire la suite : Du jeu dans la langue

Accueil Bibliographie